One Piece Fr
Forum fermé.
Annonce
Oye oye peuple d'OP-FR. Nouveau topic de recensement, vous avez jusqu'au 2 juillet au soir pour vous recenser, http://op-fr.activebb.net/news-f25/-recensement-v2--t802.htm#7759
Partenaires




Tchat Blablaland
Topsites
Merci à vous de cliquer toutes les deux heures sur ces images, cela contribue énormément au développement du forum.





Elisa Rainsworth ~ En cours ~

Aller en bas

Elisa Rainsworth ~ En cours ~

Message par Elisa Rainsworth le Ven 18 Déc - 20:56




    ID:


    » Nom & Prénom «
    Rainsworth Elisa
    » Sexe «
    Féminin
    » Originaire de? «
    Île de Fushia
    » Âge «
    20 ans
    » Date de Naissance «
    1 novembre 1480


    » Alliance «
    Révolutionnaire
    » Métier «
    Médecin
    » Grade «
    //
    » Éventuel FDD «
    //

    Descriptions


    » Physiologique «


      Le fait d’être menue peut-il être la cause de l’arrêt de certaines de ses ambitions ? Peut être que oui et peut être que non. Tout dépend de la personne après tout et Elisa fait partie de la catégorie qui se refuse d’abandonner ses choix à cause de son gabarit. En la voyant tel qu’elle est, on peut se dire que cette jeune fille est une personne de bonne famille pas capable de soulever quoique se soit et qui doit avoir la santé fragile. Pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences car Elisa n’est pas de ce genre là. Du haut de ses 1m60 et de son poids parfait atteignant les 49 Kg, elle est capable de part sa propre volonté de tenir des journées à faire un travail de « chiens » et ce n’est pas les grands gaillards qui l’impressionneront. D’ailleurs, le fait de n’être pas très « haute » ne l’a jamais dérangé plus que ça malgré les petites taquineries qu’elle a put avoir sur sa taille car il est vrai que pour son âge, la jeune fille est assez … Petite et c’est vraiment flagrant mais bon, on accepte une personne telle qu’elle est et qu’importe la taille, l’important c’est de toucher le sol !

      De nature fluette, la jeune fille n’a pas eu de chance avec la nature niveau atouts féminins ce qui la complexe assez, du moins pour ce qui s’agit de sa poitrine mais ça, on ne s’y attardera pas … Pourquoi ? Parce qu’à ce niveau là, la demoiselle a du subir pas mal de moqueries au niveau des autres filles. Non pas que ça la touche particulièrement mais pour une fille, le fait d’avoir des formes est assez important et à ce niveau là, il est vrai qu’elle a beaucoup à envier mais n’allez pas croire pour autant qu’elle est plate ! Certainement pas ! Elle a juste des formes proportionnelles à sa taille à ce niveau là c’est tout. Pour ce qui est du bas, elle a de longues jambes fines accompagnées d’un pâle naturel dont Elisa ne s’en cache pas. Côté vestimentaire, la jeune fille n’accordera pas toute son attention à cela car elle d’autres préoccupations beaucoup plus importe que la « mode » qu’elle trouve ridicule. C’est pourquoi la jeune s’habille simplement qui ne fait que mettre en valeur son naturel. Cependant … Elle a, comme Leona, un style assez particulier. Effectivement, généralement, Elisa portera une jupe, courte dont elle aimera varier les couleurs mais elle aura sa préférence pour le noir … Allant avec ceci, un haut se mélangeant entre une chemise féminine et un débardeur. Il faut en faite imaginer une simple chemise à qui on a enlever les manches de sorte que les épaules soient découvertes et accompagnant ce haut .. Particulier, Elisa mettra une cravate ( Eh oui ! ) ajustée ou pas et de longs « brassard » le long de ses avant bras. Mise à part ce côté étrange de la jeune fille, elle pourra aussi faire moins compliqué en s’habillant de manière très simple avec les vêtements que nous connaissons tous.

      Intéressons nous maintenant au visage angélique de la demoiselle. Un teint naturellement pâle pour un visage arrondit (qui pourrait lui donner des airs de petite fille malgré son âge) et aux traits fins avec un petit nez discret. On remarque dès lors ses deux prunelles azurs qui ressortent assez vivement de son visage et qui pourraient en faire tomber plus d’un. Pourquoi ? Parce que Elisa sait parfaitement jouer au jeu du regard. Elle peut lancer un regard doux et trois secondes plus tard vous lancer le pire regard noir que vous n’ayez vu jusqu’à présent. Cette demoiselle en a donc fait son atout principal pour charmer dans un but précis, donc gare à vous … De plus, contrairement à certaines jeunes filles, Elisa n’utilise pas ce que les personnes comme elle, c’est-à-dire les filles, le maquillage. Elle s’en éloigne le plus possible d’ailleurs et puis, quand elle voit l’effet que cela a sur les gens, c‘est un peu comme si ça l‘effrayait davantage et donc, la repousse royalement. C’est l’un des plus du jeune médecin d’ailleurs, ne faire qu’appelle qu’au naturel qui se fait de plus en plus rare que se soit intérieurement ou extérieurement chez un individu. De plus, ornant ce visage, notons une très longue chevelure d’une couleur allant vers le vert assez foncé, mais qui sont vert tout court aussi, et qui sont généralement attachés en couettes bien discrètes. Elisa, depuis sa plus tendre enfance, a toujours eu des cheveux longs et de ce fait, même si les cheveux courts sont plus adéquats pour le métier de médecin, elle ne se résout pas à se les couper, c’est juste impossible pour elle. Pourquoi ? Certainement psychologique … Sur la façon de se les attacher, la demoiselle ne les attache pas autrement qu’en couette en arrière (comme dit plus haut) car pour elle, c’était une façon de se démarquer des autres filles de l’île puisqu’elle déteste faire comme tout le monde mais cela ne veut pas dire qu’elle ne se les détache pas ou qu’elle ne se les attache pas autrement sauf bien entendu pour des occasions particulières.



    » Psychologique «


      Elisa … Jeune fille assez exceptionnelle qu’on a tendance à ne pas oublier tellement elle est paradoxale. Disons que certaines de ses attitudes ne se coordonnent pas (<3). Par exemple, une personne calme est généralement une personne qui a assez de patience et pour Elisa, elle est calme mais pas forcément patiente à chaque fois, tout dépend de la situation. En effet, c’est une jeune fille assez lunatique mais qui a quand même quelques traits principaux que l’on remarque tout de suite et nous allons les prendre un par un.

      On va commencer par le côté simple de la jeune fille, c’est-à-dire qu’elle est calme et réfléchit. Ayant toujours vécu dans une atmosphère ou on ne rigolait pas beaucoup (c’est-à-dire avec ses parents mais surtout avec son paternel.), le sérieux était maître. Elisa a donc développé un calme et une logique comme on en trouve très peu ce qui l’aide beaucoup pour sa « profession » pour laquelle elle y consacre une attention toute particulière. Elle peut être tellement calme que parfois, on peut oublier qu’elle existe et la jeune Rainsworth ne le supporte pas dans un sens. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle ne se considère pas comme une personne banale voire transparente. Pour elle, le fait d’être calme c’est surtout important pour le travail et non pas quand elle est en compagnie d’autres personnes que se soit de son âge ou pas. Elle sait juste garder son sérieux dans les moments importants en laissant de côté la rigolade et autres. Ce qui peut d’ailleurs déranger et donc engendrer des critiques mais de cela, Elisa n’en fait guère attention car si une personne se prend un « vent » quand elle est occupée, ce n’est limite pas de sa faute, elle est comme ça … On accepte une personne avec ses qualités et ses défauts … Ou on ne l’accepte pas.

      Elisa est aussi une jeune fille enjouée et … Moqueuse. Mais, pas dans le mauvais sens, certainement pas, du moins ça dépend comme toujours ! Elle peut se moquer gentiment de ses camarades juste pour les embêter et bien rigoler après en les voyant mal à l’aise. Mais elle peut aussi se moquer méchamment d’une personne qu’elle déteste si cet individu méprisable la cherche. Oui, généralement, elle ne fait pas attention à ce genre là car pour elle, ils ne valent même pas la peine qu’on les remarque ou quoique se soit d’autre. Cependant, les remettre à leur place dans leur propre jeu … Ca fait un bien fou, presque jouissif que la jeune fille ne s’en priverait pour rien au monde. De plus, ça nature enjouée lui permet de prendre toutes remarques blessantes à la rigolade. Mauvaise foi ? Peut-être mais cela ne regarde qu’elle car ça ne dérange pas la demoiselle d’agir de cette façon donc tout le monde est content comme ça ! L’un des points positifs d’Elisa est qu’elle a « le sourire facile ». Effectivement, un rien peut la faire sourire et rigoler et dans ces moments là, elle devient presque la jeune fille la plus adorable qu’il puisse exister. Par exemple, elle pourra être la seule à rire à une blague pas tout marrante … Là encore, il ne faut pas chercher à comprendre, c’est Elisa. Bien entendu, « la plus adorable », c’est exagéré mais c’est juste pour donner un ordre d’idée car Elisa sait aussi parfaitement être boudeuse et agacée par certaines choses et dans ces moments là, elle démarre au quart de tour …

      Un trait important chez Elisa et peut être le plus embêtant. Elle est très très très impulsive et susceptible et à ce moment là elle en devient carrément incontrôlable. C’est en effet en totale contradiction avec les deux points cités plus haut mais c’est comme ça. La jeune fille supporte très mal qu’on l’insulte (elle ou ses proches) et autres faits qui vont beaucoup trop loin ou tout simplement les injustices majeures. A cet instant, Elisa s’énerve vraiment et les côtés calme et enjoué disparaissent définitivement. C’est peut être un peu dommage pour ce joli brin de fille mais c’est ce qui fait d’elle une fille unique en son genre et puis c’est son caractère on y peut rien. Cependant, il y a une fin à toutes ses crises au bout de quelques minutes de « gueulantes » balancées gratuitement. Effrayant n’est-ce pas ? Dans un sens oui car la jeune fille peut dire des choses carrément blessantes dues à la colère qu’elle ne pense pas réellement et forcément, ça fini toujours mal pour elle. De toute façon, il y a deux chutes possibles dans ces moments là avec Elisa. La première est qu’après avoir bien crier et tout le tralala, la jeune fille va se calmer toute seule tout en râlant et la seconde, peut être la pire, est qu’elle finira par pleurer. (Bien entendu, ce cas se passe seulement pour les cas « graves ») Peut être un moyen de voir que la jeune demoiselle est faible … Certainement pas, tout le monde a ses petits moments de faiblesses mais cela ne veut pas dire qu’elle est faible. Elle a un caractère bien à elle avec une certaine répartie car quand se sont ses amis qui l’énervent, elle attaquera par des répliques propres à la jeune fillle mais n’ira pas jusqu’aux cris puisque c’est surtout pour la taquiner ou pas mais ce ne sera pas bien grave. Non, à ce moment là, elle sortira ses bottes secrètes. En gros, soit ses magnifiques seringues, soit ses gifles. <3

      Il y en aurait certainement beaucoup plus à dire sur cette jeune fille au caractère changeant mais on s’arrêtera la pour la Miss Rainsworth. Vous découvrirez bien par la suite les autres traits de sa personnalité pour le moins original mais ce qu’il faut retenir d’elle c’est que se soit physique ou moral, Elisa reste une fille totalement naturelle et elle a bien compris que c’est ce qui fait sa force plutôt que d‘être comme les autres veulent. Après tout … On s’en fiche des autres non ?
avatar
Elisa Rainsworth
Newbie des Mers

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 28
Camp : Révolutionnaire :3

Feuille Personnage
Niveau:
16/50  (16/50)
Points:
0/10  (0/10)
Grade / Prime: Révolutionnaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisa Rainsworth ~ En cours ~

Message par Elisa Rainsworth le Dim 10 Jan - 23:02

    » Biographie «



    « Il y a toujours dans notre enfance, un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir. »
    Graham Greene


    C’est pendant l’automne qu’Elisa Rainsworth poussa son premier cri. Elle venait de l’union de James et Jeanne Rainsworth un couple de médecin connu dans leur petite Ville. Effectivement, la mère d’Elisa avait toujours vécu sur l’île de Fushia et elle était devenue médecin après plusieurs années. Jeanne était une jeune femme intelligente et d'une extrême bonté et cela n'avait guère surpris ses parents quand celle-ci leur avait fait par de son rêve de soigner les gens. Physiquement, elle n'avait rien à n’envier à personne étant assez jolie. Elle était d'une taille moyenne et elle possédait, avant, de longs cheveux verts le plus souvent détachés et son visage avait tout d'angélique. De plus, elle était d'une simplicité remarquable dans son style vestimentaire puisqu'elle mettait de tout sans pour autant abuser. Au sujet de ses parents, ils étaient le genre de personnes toujours de bonne humeur et aimant l'animation donc autant dire qu'on ne pouvait pas s'ennuyer avec eux. Quant à son père, celui-ci avait commencé aussi la médecine sur une autre île et travaillait pour la Marine. Il y était voué et il adoptait, bien entendu, la mentalité de " l'armée ". Ayant par la suite rencontré celle qui allait devenir sa femme et la mère de sa fille, il avait finalement « abandonné » (Il avait en fait, juste quitté son lieu de travail) la Marine pour venir s’installer dans l’île de Fushia avec Jeanne. Les parents de celle-ci furent assez surpris de son choix, non pas à cause du physique du jeune homme, mais à cause de son caractère. Oui, car physiquement, on ne pouvait pas dire que ce jeune chatain était repoussant puisqu'il dégageait un certain charme qui pouvait en faire tomber plus d'une. Il était assez grand et fort charismatique avec un regard bleu suffisamment perçant pour troubler qui que se soit. Il avait opté lui aussi pour la simplicité niveau vêtement et n'avait pas de style particulier. Enfin, pour en revenir au travail, lorsqu’il le pouvait, James aidait parfois la Marine quand on lui demandait quelques services. C’était un homme assez étrange à dire vrai. Il paraissait froid mais pourtant, quand les gens lui parlaient, il était vraiment sympathique. Jeanne avait toujours regardé bizarrement le fait qu'il travaille pour la Marine étant donné qu'elle ne cautionnait pas certaines de leurs attitudes, mais l’aimant elle avait préféré ne pas et ne plus en parler de peur que ça ne crée des disputes. Même si le fait qu’il ait toujours des contacts avec La Marine la dérangeait toujours autant puisqu’elle avait peur qu’il y ait des soucis … Mais bon, comme dit plus haut, elle fermait les yeux. Maintenant, elle était plus l’infirmière de son mari mais quand il le fallait, son statut de médecin revenait à la charge, surtout quand il y avait beaucoup de patients en même temps à aller voir ou à soigner sur place. Ajouté à cela, ils avaient en plus de leur habitation, une autre maison dans la petite ville, qui leur servait de lieu de travail et donc de mini-clinique, si on pouvait appeler ça comme ça. Tout avait été aménagé dans le seul but que les médecins se sentent à leur aise et travaillent dans les meilleures conditions qui soient.

    Enfin, ceci était une petite présentation des parents pour mieux comprendre la suite. Intéressons nous maintenant à Elisa. Elle avait comblé de joie ses chers parents qui ne pouvaient rêver mieux comme petite merveille. Si petite mais on voyait tout de suite qu’elle avait tout pris de sa mère de par la couleur caractéristique de ses cheveux. La jeune maman ne pouvait s’empêcher de garder sa petite fille dans les bras tellement elle se sentait bien et son père, lui, on ne l’avait rarement vu aussi joyeux. Il ne répondait presque plus à ses "appels" venant de l’extérieur et souriait bêtement. C’était pour ainsi dire le bon vieux temps car l’attitude semi-idiote de ce cher James allait très vite retourner à la normale quelques semaines plus tard. En effet, Jeanne s’occupant de leur fille, ne pouvait pas vraiment l’aider à la clinique et il se retrouvait donc seul face aux patients. De plus, il avait toujours gardé un étroit contact avec la Marine étant donné que c’était un excellent médecin et qu’elle ne pouvait pas se permettre de perdre totalement un homme comme James. Bien entendu, elle avait accepté que celui-ci ait une vie de famille mais pour autant, il restait un « soldat » et donc, il se devait de continuer de travailler pour eux. C’est pourquoi, parfois et même souvent ces derniers temps, il s’absentait et que Jeanne n’avait pas d’autre choix que de faire garder sa fille par ses parents. Cela n’était pas forcément dérangeant pour les adultes puisqu’Elisa n’était pas un bébé « chiant » dans le genre à pleurer tout le temps. Non, la plupart du temps, elle dormait tranquillement ou bien, quand elle était éveillée, restait immobile sans pleurnicher. En gros, un vrai petit ange mais ce qui lui valut une suite peu … Favorable. En effet, voyant que ses parents n’avaient aucun mal à s’occuper de sa fille, Jeanne décida par la suite de reprendre le travail avec son mari. Les seuls vrais instant que les parents avaient avec leur fille étaient le moment où la petite fille devait aller dormir et encore … Si elle ne dormait pas déjà.

      Jeanne : Je m’en veux tellement de la laisser …
      James : Tu n’exagères pas un peu ? Ce n’est pas de ta faute … Ce n’est pas de notre faute. Nous n’avons pas choisis un métier facile et qui demande beaucoup de temps. De toute façon, quand elle grandira elle sera beaucoup plus présente avec nous. Donc ne t’en fais pas …
      Jeanne : Tu as peut être raison …


    Les années passaient lentement et Elisa avait surtout passé les premières années de sa vie avec ses grands parents maternels. Néanmoins, n’étant plus bébé, elle voyait déjà beaucoup plus ses parents en allant leur rendre visite ou bien même quand ils venaient la chercher. La journée, la petite fille apprenait ce que son grand-père et sa grand-mère tentaient de lui enseigner, c’est-à-dire les bases, écriture, lecture, nombre … Elisa était une petite fille souriante est enjouée et de plus, elle avait une capacité de mémorisation assez impressionnante pour son jeune âge. Elle apprit très vite à parler, pas tout à fait correctement mais c’était déjà assez encourageant. Physiquement, on pourrait voir une petite poupée toujours souriante. Elle avait sa longue chevelure verte attachée en couette avec de grands yeux bleus et des joues un peu rosée. Bref ! C’était exactement la même tête que sa mère mais en enfant. Au village, la petite fille n’avait pas encore d’amis de son âge parce qu’à part la mini-clinique et ses grands parents, elle n’avait pas eu l’occasion d’aller s’amuser, de vivre pleinement son enfance. En même temps, à cinq ans on avait encore le temps pour tout ça. C’est d’ailleurs l’été de ses cinq ans qu’Elisa fit une rencontre qui restera à jamais gravée dans sa mémoire. La petite fille en ayant assez de rester enfermée assise à ne rien faire, avait décidé de sortir de la maison pour aller se promener. Elle avait d’ailleurs envie d’aller à la plage qui se trouvait non loin de l’habitation qu’elle venait de quitter. C’était en pleine fin d’après midi et quand la petite demoiselle arriva, elle fut émerveillée par la mer et le soleil qui commençait à se coucher. Elle était déjà venue plusieurs fois en famille ici et la mer l’avait toujours attirée, elle, petite enfant innocente et tellement pure. C'est alors qu'une fois sortie de ses pensées, Elisa s’avança un peu plus pour se retrouver sur le sable et elle arriva au bord de l’eau. Là, elle se pencha et toucha l’eau avec ses mains tout en souriant joyeusement. Quand on est enfant, un rien ne nous fait plaisir et c’est en partie ce qu’envient les adultes. Être tellement innocent et ne se soucier de rien ... A cet instant, Elisa était vraiment heureuse et on remarquera qu'elle l'était pour pas grand chose. Après quelques minutes à jouer avec l’eau, la très jeune Rainsworth se redressa et regarda autour d’elle quand tout à coup, quelque chose attira son attention. Elle n’était pas seule. Au loin, il y avait une petite fille qui, comme Elisa, était venue toute seule au bord de l’eau. Intriguée, notre charmante petite fille décida d’aller voir cette petite inconnue qui semblait avoir son âge. Elle commença donc à courir puis une fois assez proche commença à dire joyeusement :

      Elisa : Heeey ! Couc… Aïe !


    Elisa venait dès lors de trébucher et avait la tête dans le sable. Forcément quand on est maladroite et qu’on a l’habitude de trébucher pour rien, on évite de courir sur du sable … Mais la petite fille n’en faisait qu’à sa tête et ce depuis qu'elle était consciente de ce qu'elle faisait. Puis elle entendit une voix très douce lui parler.

      … : Euh, ça va ?


    Elisa se redressa de suite, un sourire d’idiote sur le visage et n’ayant même pas pris la peine de s’essuyer le visage, tellement elle était contente de pouvoir enfin parler à une autre petite fille se son âge, elle lui répondit suivi par des rires de la petite fille.

      Elisa : Oui ! Oui ! Ca va ! Je t’ai vu tout à l’heure et je voulais savoir qui tu étais !! Je m’appelle Elisa ! Et toi ? =3
      Leona : Ah d’accord !! Moi, je m’appelle Leona mais tu sais, tu devrais t’essuyer le visage là …


    Elisa rigola bêtement puis elle sortit un mouchoir de sa poche pour enlever le sable sur son visage. La jeune Leona pouvait, elle aussi, être très facilement comparée à une poupée. Comme Elisa, elle avait de longs cheveux mais à la différence de la petite maladroite, ils étaient roses et détachés. Par contre, elle possédait, elle aussi, le même regard azur que la petite fille de médecins. Elles commencèrent toutes les deux à parler de tout et de rien et très vite, les deux petites filles s’entendirent à merveille. On pouvait dès lors remarquer que le caractère des deux demoiselles était quelque peu différent. D'un côté il y avait Leona, qui paraissait posée et douce et de l'autre ... Elisa, son contraire mais qui pourtant, avait exactement les mêmes goûts que l'autre petite fille. Soudainement, Elisa se souvint d’un coup pourquoi elle était venue voir Leona.

      Elisa : Dis moi, pourquoi tu es venue ? Tu voulais jouer avec l’eau toi aussi ?
      Leona : Oui et non. J’étais venue parler à mes amis.
      Elisa : Tes … Amis ? Mais il n’y a personne …
      Leona : Si si ! Je parlais avec les poissons. Ceux sont eux mes amis.
      Elisa : Des poissons ? Tu me montres ??
      Leona : Oui !


    A cet instant, Elisa resta bien concentrée sur l’eau pour regarder ce qui allait se passer tellement elle était curieuse. Elle entendit alors Leona marmonner quelque chose et à cet instant, des petits poissons arrivèrent vers les deux petites filles et la Rainsworth ne fut qu’émerveillée et admirative envers Leona. Celle-ci lui dit alors qu’elle pouvait même les toucher si elle le voulait et hésitante, de peur qu’ils ne partent, Elisa s’exécuta lentement et finalement se fut un petit poisson, une fois la main dans l’eau, qui vint s’approcher d’elle. Elles passèrent alors un excellent moment qu’Elisa n’oubliera jamais et qui lui sert de « remonte moral » quand elle ne va pas bien. Bien entendu, toute bonne chose a une fin et ce petit moment de complicité se termina par l’arrivée des parents respectifs des deux petites filles. Elles saluèrent les poissons puis elles allèrent en courant vers leurs parents. Forcément, Elisa qui n’est pas douée, retomba mais se releva plus vite que n’importe qui. Elle et Leona commencèrent à raconter à leurs parents respectifs ce qu’elles avaient fait et tout cela joyeusement. Puis après une longue discussion entre adultes, il était temps de rentrer chez soi mais avant Elisa alla voir Leona tout sourire pour lui tendre son petit doigt.

      Elisa : Tu me promets qu’à partir de maintenant on se reverra aussi souvent que possible et qu’on restera amie ?
      Leona : Oui.


    Et la promesse fut scellée après un petit croisement de doigts. A partir de cet instant, une amitié pure s’était créée chez les deux petites demoiselles. Elles étaient devenues inséparables, toujours l’une avec l’autre et au fil des années, rien ne changea. D’ailleurs, elles étaient même un peu écarter des autres filles de leur âge qui les trouvaient … Bizarres. Mais qu’importe, elles s’en fichaient royalement et puis, Elisa les remettait toujours à leur place en les narguant quand celles-ci devenaient beaucoup trop envahissantes. C'était même devenu l'un de ses passe temps préférés tellement cela la faisait rire. Seulement, c’était maintenant la toute fin de l’enfance, la fin du rêve et malheureusement pour Elisa, le début de la "cruelle" réalité enfin ... Pas vraiment cruelle car il y a, malheureusement, beaucoup beaucoup beaucoup plus pire que ce que la jeune fille a pu connaitre.

    [Pas fini u__u' Sorry pour le mode Shôjo x__x]


Dernière édition par Elisa Rainsworth le Jeu 14 Jan - 23:46, édité 1 fois
avatar
Elisa Rainsworth
Newbie des Mers

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 28
Camp : Révolutionnaire :3

Feuille Personnage
Niveau:
16/50  (16/50)
Points:
0/10  (0/10)
Grade / Prime: Révolutionnaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisa Rainsworth ~ En cours ~

Message par Elisa Rainsworth le Jeu 14 Jan - 23:43


    « Ce que la voix peut cacher, le regard le livre. »
    Georges Bernanos



      … : C’est quoi ce truc … Aaaaaaah !
      … : Qu’est-ce qui se passe ?!
      … : Elisa ?!


    On entendit alors plusieurs bruits de pas descendre un escalier apparemment fait de bois, vu le son particulier que celui-ci faisait. L’escalier donnait à une pièce plus ou moins sombre à certains endroits, et on y trouvait de nombreuses étagères, le long des murs, remplies de toutes sortes de boîtes, objets ainsi que des livres. De gros objets étranges et d’autres cartons étaient posés un peu partout sur le sol et semblaient n’avoir pas été touché depuis longtemps. Tout portait à croire que cette pièce n’était autre qu’une cave poussiéreuse et qui s’était remplie de toutes sortes d’objets au fil des années. Les deux personnes qui avaient déambulaient les marches et se trouvaient maintenant dans la pièce n’était autre qu’un couple de gens assez âgés. La vieille femme décida d’éclairer la pièce comme elle le pouvait pour mieux voir ce qui s’était passé. Elle avait de long cheveux gris attachés en queue de cheval et son visage était creusé par plusieurs rides qui marquait les années. Elle paraissait quelques peu anxieuse et à la recherche de quelque chose. Quant à l’homme présent, il avait une certaine posture qui le rendait assez charismatique malgré son âge. Un air sérieux, des cheveux allant vers l’argenté, comme la femme présente avec qui il était arrivé, et pas coiffé. Pourtant, malgré son air, lui aussi semblait chercher quelque chose quand une pile d’affaire étalée sur le sol ainsi qu’une chevelure verte attire son attention.

      … : Kathryn … Elle est là.


    Les deux s’avancèrent alors vers la jeune fille, la grand-mère courant limite vers elle pour la prendre dans ses bras. La jeune fille qui ne devait pas avoir plus de 13 ans paraissait à la fois agacée et gênée mais elle se contenta de sourire timidement. Le grand-père, lui, soupira. C’était sûr, sa petite fille était vraiment maladroite et plus les années passaient, plus ça empirait mais étrangement, cela ne le dérangeait pas vraiment. Au contraire, pour lui c’était une façon d’avoir de l’animation chez lui vu qu’il n’était pas doué pour jouer les guignols. Bien entendu, il ne disait pas cela de sa petite-fille, il l’aimait beaucoup trop pour ça mais il se demandait juste de qui elle pouvait tenir sa maladresse étant donné que sa fille n‘avait jamais eu de problème ni personne d‘autre dans la famille … Certainement du côté de son gendre. Là, sur le coup, ce qui l’exaspérait, c’était sa femme. On aurait dit, qu’Elisa était faite en porcelaine et qu’au moindre choc qu’elle pouvait avoir, elle allait se briser. C’était vraiment la mamie gâteau type, sa petite Elisa était vraiment tout pour elle et il fallait qu’il ne lui arrive RIEN. Le vieil homme regarda sa petite fille et sur l’instant, il n’avait qu’une envie, c’était de rire en voyant se regard le supplier de lui enlever cette femme qui l’étouffait. Mais finalement, c’est-ce qu’il fit en demandant à sa femme de la lâcher et qu’elle n’avait pas besoin de s’inquiéter plus que ça. La vieille femme s’éloigna donc d’Elisa et celle-ci se releva en tenant une boîte pourpre fermement entre ses mains. La petite maladroite avait effectivement grandit. Elle avait toujours de long cheveux coiffés en couettes discrète et ses cheveux avaient légèrement foncé ou pas, c‘était assez bizarre. De plus, entrant dans l’adolescence, elle avait perdu son physique de « petite fille » et elle était beaucoup plus fine avec des petites formes féminines qui commençaient à venir. Elle regarda alors ses deux grands-parents qui la fixaient d’un air interrogateur et la demoiselle comprit des lors pourquoi et ne se fit pas prier.

      Elisa : Grand-mère Kathryn, Grand-père Owen, dites, à qui appartient cette boîte ? Elle a attiré mon attention car c’est bien la première fois que je la vois …


    Elle tendit alors la boîte en question à son grand-père qui la prit et l’ouvrit. A l’intérieur se trouvait … Des aiguilles ? C’était un peu bizarre et sur le coup, Elisa regretta d’avoir risqué de se blesser pour ça. Pourtant, elle vit que sa grand-mère souriait et son grand-père légèrement et la première chose à laquelle elle pensa, était que ce devait être un souvenir de voyage ou quelque chose comme ça. En effet, dans leur jeunesse, les deux adultes avaient quelques peu voyagé ne craignant même pas de se faire attaquer par les pirates et dans un sens, Elisa les enviait. La jeune fille se sentait un peu « enfermée », surtout avec un père qui travaillait, maintenant, plus souvent pour la Marine. Elle aurait voulu prendre la mer juste pour voir les différentes îles et les pirates … Dans un sens, malgré la réputation qu’ils avaient, elle voulait en rencontrer au moins un et n’avait pas vraiment peur malgré son jeune âge. Pourquoi ? Elle serait incapable de répondre mais elle était assez fascinée par leur liberté et leur façon de vivre. En plus de ça, Elisa ne faisait pas vraiment attention à ce qu’on pouvait dire d’eux, car elle voulait se faire une opinion elle-même de ce type de personnes. Mais bon, là n’était pas la question et elle se reconcentra sur la boîte pourpre contenant les aiguilles. Bien que déçue, elle désirait quand même savoir pourquoi ses grands-parents avaient ça chez eux vu qu’ils ne s’en servaient jamais. C’est donc après un long silence que son grand-père lui expliqua que lui et sa femme l’avaient reçu comme cadeau d’adieu de la part d’une famille qu’ils avaient connu sur un île lointaine. Ils avaient juste entendu dire que ces aiguilles pouvaient servir pour plusieurs choses mais quoi … Ils en avaient aucunes idées car c’était un peu comme si c’était à eux de le découvrir. Elisa écouta attentivement le monologue puis elle réfléchit longuement tout en regardant le contenu de la boite. Les aiguilles … Ca fait mal et puis … Elle fixa ses grands-parents et se sont les yeux brillants qu’elle demanda :

      Elisa : Je peux les avoiiiir ? S’il vous plaiiit ??
      Kathryn : Eh bien … Si tu y fais attention dans ce cas …
      Elisa : MERCI !!


    Elle n’attendit même pas que sa grand-mère ait fini de lui parler qu’elle était déjà partie en courant avec la boite dans ses mains. Elle aurait pu passé pour une fille capricieuse et pourrie gâtée comme pas possible mais en fait non. Elisa ne demandait pratiquement jamais rien mais elle s’intéressait beaucoup à ce genre de chose qui à première vue paraissait inutiles car après, elle pourrait en donner une utilité par ses propres moyens. Elle avait d’ailleurs sa petite idée en tête pour ce qu’il s’agissait de ses « tiges » piquantes. D’autres part, mise à part sa grand-mère qui lui accordait une attention bien trop particulière, elle était élevée normalement sans que ses parents, ainsi que son grand père, n’en fassent trop. Enfin, là n’était pas la question et voici que la demoiselle avait quitté la maison des anciens en ayant bien le soin de leur crier au revoir avant de partir définitivement le sourire aux lèvres. Comme depuis qu’elle n’était qu’un nourrisson, elle passait ses journées chez ses grands parents pour étudier et elle rentrait le soir. A cet instant on était plus en bonne fin d’après midi mais vu que la demoiselle avait pris de l’avance dans ses « travaux », elle pouvait se permettre de partir plus tôt. Non pas que ça la dérangeait plus que ça d’être chez ses grands parents, mais là elle se devait de rentrer. Cependant, alors qu’elle était sur le chemin, elle aperçu au loin un petit groupe de cinq personnes, des filles de son âge d’ailleurs et Elisa ne put s’empêcher de soupirer à cette vue … En effet, c’était certes un groupe de cinq mais il y avait UNE personne qui gérait tout ce petit monde et que malheureusement la jeune Rainsworth se coltinait avec Leona depuis quelques temps maintenant. Cette personne justement se prénommait Turona et était issue d’une famille aisée que nul ne se permettait de critiquer. Cette jeune « fille » était le stéréotype même de l’héritière c’est-à-dire mauvaise, prétentieuse, hypocrite, s’aimant et se trouvant la plus belle enfin tout ce qui s’en suis. De plus, elle était surtout aigrie avec Elisa et Leona. Pourquoi ? De un, à leur première rencontre Elisa n’avait pas hésité à être franche avec elle qu’il s’agisse de son caractère ou de son physique. Il fallait dire qu’elle n’avait pas été gâté par la nature. Elle avait des cheveux mi-long d’un couleur assez étrange puisqu’ils étaient de deux coloris. En effet, à la base, ses cheveux étaient blond et plus on approchait les pointe, plus ils fonçaient pour terminer au noir. Cela pouvait paraitre pas vraiment moche … Sauf que ça ne faisait pas du tout un dégradé car le changement de couleur était assez … Brutal. Elle avait un gros visage rond et le plus flagrant était son nez qu’on pouvait facilement comparé à un groin de cochon. Bref, elle n’avait en rien à se vanter de son physique et quand Elisa l’avait entendu se présenter à elle et Leona elle avait plus rigolé qu’autre chose en lui disant ses quatre vérités et en la laissant avec ses soit disant amies. De deux, elle était tout simplement jalouse des deux amies d’enfances et le simple fait que celles-ci l’ignorent l’énervait encore plus et cela était l’un des passes temps préférés de notre chère fille de médecin. Et de trois, comme la plupart des enfants de leur âge, elle trouvait Eli et Leo étranges et elle ne comprenait pas pourquoi elles n’étaient pas à ses pieds comme les autres filles. En bilan, on pourrait juste dire que Turona n’en valait pas la peine et que tôt ou tard la fatalité lui tomberait dessus. Enfin, si on en revenait à Elisa, elle se rapprochait grandement de l’héritière égoïste qui, bien entendu, l’avait repérée mais la demoiselle s’en contre fichait et elle passe en trombe devant Turona qui commençait à lui parler. Il semblait à la jeune fille d’avoir entendu des injures venant du « putois » et cela ne la fit que rire intérieurement de plus, elle se félicita de n’être pas tombée à côté d’elle. Ca aurait sûrement fait un très gros coup dans sa fierté personnelle … Mais alors qu’elle continuait son chemin, à croire que c’était la journée des rencontres, elle vit Leona et elle ne put s’empêcher de l’appeler, les yeux brillants. Elisa vouait toujours autant la même admiration envers son amie parce qu’elle était bien une des seules personnes à penser comme elle et à comprendre ce qu’elle pouvait ressentir parfois. Elle s’arrêta et ne laissa même pas le temps à Leo de parler qu’elle lui expliqua ce qu’elle avait trouvé chez ses grands-parents.

      Leona : Mais tu comptes en faire quoi ?
      Elisa : Tu vois le lancer de cou … De fléchettes ? Bah je vais faire la même chose avec les aiguilles … Et je me demande même quand je serais plus âgée si je pourrais pas le faire en prenant des scalpels de mes parents … Ca mérite réflexion !
      Leona : Umh c‘est dangereux vu comment tu en parles … Tu as quelque chose derrière la tête toi non ?
      Elisa : Hum ? Nah ! Je vais juste m’entrainer pour qu’un jour je puisse utiliser « Putois » comme cible ! Non en fait, ce serait juste pour me défouler sur des cibles que je vais faire moi-même et ça pourra me faire réviser comme ça. De toute façon, je ne compte pas commencer tout de suite sur des choses précises. Je commencerai sur des « trucs » plus larges comme des troncs d’arbres et autres.
      Leona : Réviser ?
      Elisa : Oui, j’ai trouvé un ancien bouquin de ma mère quand elle a commencé ses études et je dois dire que c’est assez intéressant … Bon d’accord, je ne comprend presque rien mais le corps humain c’est super intriguant ! Donc j’ai commencé à voir les différentes parties du corps.
      Leona : T’es irrécupérable en plus je suppose qu‘il n‘y a que moi qui suis au courant de ça… Et avec ton père ? Comment ça se passe ?
      Elisa : Euh …


    La relation qu’Elisa entretenait avec son père devenait de plus en plus délicate chaque jour. Plus le temps passait, plus la jeune fille se posait des questions sur son paternel. De plus, elle vit très vite que ses pensées, ses opinions étaient en totalement contradiction avec ce que lui disait quand il parlait à sa mère ou à d’autres personnes. Donc forcément, les petites disputes entre lui et elle n’étaient pas rares et dans un sens, heureusement que sa mère était là, sinon elles n’auraient peut être pas été petites … Cependant, bien que s’entendant mal avec lui, elle n’oubliait pas qui il était. Un excellent médecin avec des maîtrises assez exceptionnelles certainement dues à l’expérience qu’il avait acquis à la Marine et le plus important, son père. Car malgré cela, elle l’aimait et même si elle se savait énervante, elle faisait exprès de s’opposer à lui par pur défi. Pourquoi ? Parce qu’étant fille de médecin, elle était consciente que son avenir était tout tracé et qu’elle allait certainement, elle aussi, avoir la même profession que ses parents. Là n’était pas le problème étant donné qu’elle trouvait ce métier admirable, le seul soucis était la Marine. Elle n’avait pas d’opinion fixe sur cela mais elle se refusait catégoriquement de travailler pour qui que se soit. Elisa voulait être maîtresse de ses choix et quand elle voyait son père totalement épuisé, elle se disait que travailler comme lui n’avait rien d’enviable… Ce sont certainement de grandes pensées pour une pré-adolescente mais vu les circonstances dans lesquelles elle vivait et ce que lui avait expliquer ça mère, elle n’avait pas d’autre choix que de raisonner comme cela … Elle sortit alors de ses pensées pour regarder Leona qui avait l’air de s’inquiéter pour elle puis elle lui souri chaleureusement en la rassurant que tout se passait très bien et qu’il ne fallait pas s’en faire pour elle. La conversation entre les deux jeunes filles continua alors plusieurs minutes jusqu’au moment où le crépuscule commençait à pointer le bout de son nez et sépara Elisa et Leona. La jeune Rainsworth ne termina pas le bout de chemin qu’elle avait à faire en courant mais préféra marcher. Ses parents ne risquaient pas de s’inquiéter puisqu’ils devaient encore se trouver en ville mais ils s’apprêtaient certainement à rentrer. Elle ne mit pas plus de dix minutes pour finalement arriver chez elle et tout en enlevant ses chaussures et en allumant toutes les lumières qui se trouvaient sur son passage, elle fila dans sa chambre. Elle rangea la précieuse boite sous son lit et se rapprocha de son bureau un sourire mauvais sur le visage. Il fallait maintenant qu’elle fasse ses fameuses cibles. Elle en ferait déjà une de Turona juste pour le plaisir et la deuxième … Son père. Celle-là, ce serait juste pour qu’elle se détende après une dispute ou autre. Elle commença donc son projet avec le matériel qui lui semblait nécessaire mais bien entendu, ces cibles allaient juste être des petites reproductions et non pas quelque chose de très perfectionné car Elisa était vraiment nulle en dessin mais si elle se demandait si grâce à ses « talents » elle n’allait pas arranger le Putois … Au bout de plusieurs minutes, des voix attirèrent l’attention de la jeune fille. Ses parents venaient d’arriver et pour pas qu’ils ne la soupçonnent de trafiquer quelque chose (ce qu’elle était exactement en train de faire), elle décida d’abandonner un peu son projet. De toute façon, elle ne se servirait pas des cibles avant plusieurs jours voire semaines. Elle partit donc les voir pour les saluer et comme d’habitude, en arrivant, elle reçu un magnifique sourire de sa mère et de son père une légère petite tape sur sa tête alors qu’il savait que sa fille détestait ça. Elisa n’y fit pas grande attention et commença à raconter sa journée à sa maternel qui voulait savoir exactement où en était sa fille. Cette soirée aurait pu se passer normalement mais à la différence des autres soirs, le père de la jeune fille était un peu plus bavard avec celle-ci.

      James : Demain, essaye de venir plus tôt que d’habitude à la maison. Ta mère et moi seront là.
      Elisa : Et pourquoi ?
      James : J’ai deux ou trois petites choses à te dire … Pour ton avenir bien évidemment.
      Elisa : Je n’ai que 13 ans … Tu ne crois pas que c’est un peu tôt pour parler d’avenir ?
      Jeanne : Elisa s’il te plait …
      James : Non, laisse la Jeanne. Je suis devenu habitué, malgré moi, à ses pseudos rebellions. Quoiqu’il en soit, je t’ai dis de venir, tu viendras. Il me semble qu’on a déjà eu ce genre de discussion auparavant donc ça s’arrête là.
      Elisa :


    En tant que bonne préado, elle se serait normalement levée, trop vexée par cette attitude. Mais Elisa n’avait pas vraiment envie de faire ce plaisir à son père, comme à chaque fois d’ailleurs, et c’est silencieuse, ou pas puisqu’elle continuait à parler avec sa mère, qu’elle termina son repas sans adresser la parole à son « papa ». D’ailleurs, celui-ci ne dit plus rien suite à cette mini-conversation qu’il eut avec sa fille et il n’avait pas vraiment l’air de prêter attention à ce que sa femme et sa fille se disaient. C’était une habitude de toute façon, il ne prenait jamais part aux conversations familiales et plus Elisa grandissait, plus cela empirait. La jeune fille ne comprenait pas vraiment son attitude et elle ne cherchait pas à comprendre car d’un côté ça l’exaspérait.

    Le lendemain fut une journée totalement banale pour Elisa. Le fait d’avoir une discussion « sérieuse» avec son père ne l’affectait pas plus que ça car elle s’en fichait royalement. Enfin … Non. Disons qu’elle doive se rendre chez elle plutôt ne la perturbait pas plus que ça. C’était juste cette histoire de … futur qui la travaillait. Elle trouvait cela stupide mais en même temps, venant de son père, ça ne l’étonnait pas du tout vu sa façon d’être et Elisa, malgré ses treize années, était loin d’être idiote et elle se doutait un peu de se dont sont paternel allait lui parler. D’ailleurs, ses grands parents avaient eux aussi mis au courant de cette « discussion » avant même que la demoiselle ne leur en parle. Elle avait donc suivit normalement ses cours sans trop se préoccuper du reste puis, la fin d’après midi arriva et Elisa décida qu’il était tant pour elle d’affronter « le monstre aux lunettes ». Elle promit par ailleurs à ses grands parents de ne pas trop en faire qu’à sa tête et d’essayer de comprendre. Seulement c’était vraiment compliquer pour Elisa parce que pour elle, son père n’agissait pas librement et cela énervait plus la jeune fille qu’autre chose. Surtout qu’elle était encore jeune et que personne n’avait le droit de choisir pour elle … Mais justement, son âge ne jouait pas en sa faveur et elle n’avait certainement pas son mot à dire dans cette histoire donc c’est pourquoi, pour l’instant, elle ferait tout ce qu’on lui demandera de faire même si cela ne lui plait pas. Le chemin vers chez elle se continua de la même façon, c'est-à-dire qu’elle resta dans ses pensées en ignorant toutes les personnes qu’elle pouvait croiser entre temps. C’était l’un des traits de sa personnalité … Elle avait le don de ne plus faire attention à quoique ce soit quand elle était concentrée que se soit en marchant comme maintenant, ou bien en plein travail comme l’avait remarqué à plusieurs reprise son entourage. Mais en ce moment précis, c’était à la fois une qualité comme un défaut. Qualité car comme ça elle n’avait pas besoin de se « battre » avec Turona si jamais elle la croisait et un défaut si au contraire elle ignorait une personne à laquelle la jeune fille tenait comme par exemple Leona. Enfin pour le coup, elle n’avait rencontré personne et elle était enfin arrivée. Une fois rentrée, elle n’attendit pas qu’on lui dise de venir et elle alla directement s’asseoir à la table où la veille une mini altercation c’était fait entre elle et son père. Bien entendu, ses parents étaient là, sa mère debout et son père assis à table le regard vide. Au passage, elle salua et discuta légèrement avec sa mère avant que celle-ci ne les rejoigne aussi pour ENFIN parler de ce qui tenait à cœur au père d’Eli’.Celle-ci d’ailleurs, regardait son père d’une indifférence monstre attendant qu’il commence son blabla qui, elle le savait, n’allait peut être pas être plaisant pour elle.

      James : Bon avant toutes choses … Je ne veux qu’à aucun moment tu me coupes dans ce que j’ai à te dire car de toute façon je n’irais pas par quatre chemins. Il faut juste que tu comprennes que ça va être un changement assez lourd pour toi.
      Elisa :
      James : Ta mère et moi avons parlé à Owen et Kathryn et il se trouve que tu avances beaucoup en tout … Tu n’as pas vraiment de difficultés particulières quand tu travailles et tu t’avances même. Je pourrais te féliciter mais je ne le ferais pas car je considère cela comme normal venant de toi. Cependant, je suppose que tu t’ennuies assez et dans un sens ça m’arrange car cela va surement avancer mes projets pour toi … Je te le dis de suite, si tu avais des rêves ou quoique se soit d’autres en tête, tu oublies.
      Jeanne :
      Elisa : Pardon ? Je crois que j’ai TRES mal entendu …
      James : Je t’ai demandé de ne pas me couper … Quoiqu’il en soit, je t’ai dis de tout oublier pour une bonne raison. Ta mère est médecin, je le suis, mes parents l’étaient et ainsi de suite … Donc pour continuer sur la lignée, tu le seras aussi. Je compte faire en sorte que tu deviennes l’une des meilleures dans ta catégorie mais pour se faire, tu vas arrêter d’aller chez tes grands parents et dès demain, tu viendras avec nous à la clinique. Bien entendu, tu ne travailleras pas avec nous, tu seras dans un petit bureau à côté et donc tu continueras normalement les cours mais en plus, tu commenceras à apprendre les bases … Je te donne 3 ans et après ce cap, nous passerons aux choses sérieuses.
      Elisa : Mais … C’est n’importe quoi ! Je suis beaucoup trop jeune pour apprendre tout ces trucs compliqués !
      James : Je sais mais pourtant j’ai envie d’être optimiste avec toi. Tu vas apprendre petit à petit et on ne va pas commencer par les choses difficiles.
      Jeanne : Et pour l’instant, tu commenceras à prendre les premiers soins, avec moi. Comme l’a dis ton père, les choses sérieuses viendront plus tard.
      Elisa :
      James : Si tu as des questions, c’est maintenant car je n’y reviendrais pas.


    La jeune fille regarda son père qui l’énervait vraiment à cause de son attitude, de cette … Assurance … Comment pouvait-on contrôler autant que cela la vie de son propre enfant … Il y avait sûrement des gens que cela ne dérangeait pas mais pour Elisa, c’était tout le contraire. Ils avaient tout de même la chance que leur métier soit suffisamment intéressant aux yeux de la Rainsworth car elle si ça n’avait pas été le cas, elle aurait sûrement très très très mal réagit. La jeune fille n’attendit pas plus longtemps et se leva car elle n’avait plus rien à faire face à « lui ». Cependant, elle s’arrêta au niveau de la porte car bizarrement certaines questions venaient de faire leur apparition dans son esprit. Elle se retourna donc légèrement pour regarder son père.

      Elisa : Dis moi … Tu comptes me faire rentrer là où tu travailles plus tard ?
      James : Évidemment.
      Elisa : Je vois … Et supposons que l’on soit au village. Un homme blessé arrive et te dit qu’il est pirate, ce n’est certes pas très malin mais au moins franc de sa part … Est-ce que tu le soigneras ou pas ?
      James :


    Elisa compris alors dès cet instant, rien qu’en le regardant, que cette question n’aurait jamais du être posée. Un regard lourd mais très expressif et c’est donc pour cela que la demoiselle « capta » de suite. C’était d’une évidence monstre et Elisa fut dégoutée intérieurement bien qu’elle s’en était un peu doutée. Elle jeta un petit coup d’œil à sa mère qui évitait de la regarder ce qui était en soi normal. Effectivement, si elle aurait posé cette question à celle-ci, Elisa savait qu’elle lui aurait dis qu’elle le soignerait et c’était là la grande différence entre elle et son père. Mais bon … Si elle réfléchissait bien, pour l’instant elle travaillerait plus avec sa mère qu’avec ce qui lui sert de père et cela apaisa quelque peu la jeune fille. Elle les quitta donc sans un mot et sans jeter un seul regard à son géniteur, elle avait trop de choses en tête pour s’attarder sur quelqu’un qui n’en valait pas la peine. Elle allait enfin « sortir » de ces journées ennuyantes … Elle allait apprendre des choses beaucoup plus intéressantes et plus difficiles mais au moins, elle n’aura plus le temps de se plaindre parce qu’elle n’a rien à faire … Elle allait faire des efforts pour progresser vite, très vite car elle avait pris tout cela pour un défi venant de son père. C’était amusant car elle allait s’en donner à cœur joie et elle allait faire en sorte que celui-ci arrête de la regarder de haut t pour se faire, elle n’avait pas le choix. C’était soit devenir son équivalent dans le domaine de la médecine, soit le dépasser largement. Elisa souri, il était bien entendu hors de question qu’elle devienne « la digne fille de son père » dans quoique ce soit. C’était donc évident … Elle allait sûrement avoir du mal mais elle deviendra bien meilleure que lui, bien meilleure que tout ces médecins. C’était un petit bout de rêve qui commençait à se créer dans la tête de la jeune fille et pourtant, c’était cela qui allait réellement la motiver par la suite. Mais, de toute façon, elle avait tout le temps d’y penser et cela ne faisait que l’impatienter d’avantage. La jeune fille se calma donc pour aller se reposer dehors. Le reste de la soirée se passa comme d’habitude, petit diner en famille assez calme puis la jeune fille partit se coucher pleins de questions en tête pour sa réussite personnelle.


      … : Alors ?
      … : Hémorragie externe au niveau du bras. Donc je n’ai pas attendu, protection des mains puis … Compression directe sur la plaie pour empêcher la perte de sang. Ensuite, j’ai surélevé son bras de sorte que la circulation sanguine diminue pour que je puisse recoudre après que l’hémorragie se soit calmée et que j’aie nettoyé tout ce sang avec un désinfectant. Là, le patient se repose et j’ai donné deux trois indications à sa femme comme tu me l’as appris.
      … : Je vois. C’est excellent Elisa, bon travail mais malheureusement ce n’est pas fini … J’ai encore des gens à voir aujourd’hui. Donc tu assistes aux consultations avec moi.
      Elisa : Pas de soucis maman !


    Elisa suivit donc sa mère, comme à son habitude depuis maintenant 3 ans, et elles allèrent dans une autre pièce ou une femme les attendait. La jeune fille se mit dans un coin, carnet et stylo en main puis elle observa. C’était le seul moyen pour elle de réellement comprendre comment il fallait agir, comment bien diagnostiquer quelqu’un … Quelque fois d’ailleurs, Jeanne demandait son avis à sa fille, qui avait assez voir très bien progressé, mais ce n’était pas encore tout à fait ça au niveau des maladies. Pourtant, elle maitrisait très bien la fabrication de médicaments utiles et réagissait efficacement contre n’importe quelles blessures. Il lui arrivait aussi de suivre des consultations que son père faisait et même si, lui, ne lui demandait pas son avis, il fallait dire que sa capacité d’analyse était vraiment exceptionnelle. Mais cela n’avait pas découragé la Rainsworth pour autant, au contraire, elle comptait bien se rattraper à ce niveau là et bien entendu … Prendre exemple sur sa mère. En trois ans de semi-pratique et d’études qui n’en finissaient pas, vu que son paternel espérait qu’elle progresse vite, elle avait appris à vraiment apprécier ce métier. La gratitude des gens lui semblait être le meilleur cadeau car cela montrait en quelque sorte qu’on était vraiment utile à autrui et qu’on arrivait donc à régler les soucis des personnes. Dans quelques années, elle aussi pourrait aider toutes sortes de personnes et pourra donc pleinement apprécier son métier mais pour se faire, il fallait qu’elle s’oppose à la seule personne qui la freinait. Son père. Effectivement, elle n’avait pas oublié ce que celui-ci voulait faire pour elle et bien entendu, Elisa ne voulait pas mettre les pieds dans la Marine. Pourquoi ? C’était assez étrange mais elle avait des doutes. C’était beaucoup trop simple de parler des délits des pirates mais de ne jamais parler des faux pas de la Marine … Et un pirate mérite autant qu’un marine de se faire soigner car l’un comme l’autre sont quasiment similaire. C’est pourquoi, le jugement que son père pouvait faire des pirates faisait bien rire la jeune fille de 16 ans maintenant. Ne pas guérir quelqu’un qui en a vraiment besoin revient à laisser cette personne mourir et donc la tuer. Si on part de ce principe, son père avait du tuer pas mal de personnes et donc n’était pas mieux que « ces choses » comme il le disait si bien et c’était assez paradoxal pour un médecin … Enfin, quoiqu’il en soit, il allait y avoir le bilan de ces trois ans passés. Cela avait été un peu comme une initiation et c’était maintenant qu’Elisa allait marquer son opposition et il le fallait bien pour son intérêt personnel.

    Ce fut donc en fin de semaine que ce fameux bilan se fit. Cette fois ci, ce ne fut pas chez elle mais directement sur le lieu de travail de ses parents que cette discussion eut lieu. Elisa savait déjà qu’elle allait s’ennuyer à mourir pendant tout le début de sa conversation puisque ses parents allaient juste énumérer ses acquis. C’était après que cela allait compliquer les choses … Soit ils considéraient qu’elle avait assez progressé pour vraiment entamer les choses sérieuses, soit c’était le retour aux bases. Ce n’était pas la deuxième issue qui inquiétait la jeune fille mais plutôt la première. Car à ce moment là, c’était quasiment sûr que son père lui ferait part de ses projets pour la Marine et elle serait certainement obligée de le couper. Tout ceci se passa en fin de soirée et Elisa attendait qu’un de ses deux géniteurs brisent enfin ce silence plus que lourd et sans vraiment s’étonner, se fut son père qui engagea la conversation.

      James : Bon eh bien … En trois ans, tu nous auras quelques peu étonné. Ta mère m’a expliquée chaque soir tes exploits et je dois te dire que je suis assez satisfait. Tu as pris tes cours et la pratique au sérieux, moi qui pensais que tu n’en ferais qu’à ta tête. De plus, j’ai remarqué que tu étais très à l’écoute au niveau des consultations ce qui est un plus bien que tu fasses quelques petites erreurs … Mais on y remédiera. Cependant, moi je m’intéressais plus au niveau de ton évolution par rapport à tes cours et bien que ce soit difficile, tu as quand même continué ce qui, je dois l’avouer, me satisfait.
      Jeanne : Au sujet de la pratique, étant donné que tu c’était avec moi, je suis très fière de toi. Tu as su être attentive et douce et très peu de gens réussissent à faire une piqure du premier coup. De plus, tu as appris à garder ton sang froid dans n’importe quelle situation qui se présentait à toi ce qui m’a assez étonnée. Etant donné que tu es du genre impatiente, je m’étais dis qu’on allait sûrement avoir plusieurs soucis à ce niveau là mais tu as montré que tu savais faire la part des choses ce qui est vraiment admirable pour ton jeune âge …
      James : Effectivement … Je ne peux qu’être d’accord avec ta mère. C’est pourquoi, nous avons décidé de continuer ton apprentissage. Tu maîtrises suffisamment bien les bases pour continuer. Bien entendu, tu sais où tu as encore quelques petits problèmes … Donc je te laisse régler ça.
      Elisa : Ah … Euh… Bah … Merci ! Je ne m’y attendais pas du tout ! Enfin si ! Mais c’est surtout venant de toi Papa ! J pensais vraiment pas que tu me complimenterais un jour … Mais je vais faire quoi maintenant ?
      James : Eh bien, tu feras beaucoup plus de chose et dans quelques années, on pourra te considérer comme médecin … Encore une fois tout dépendra de la façon dont tu progresseras. Tu seras désormais beaucoup plus sous mon aile.
      Elisa : Je re-fu-seuh. Catégoriquement.
      James : Pardon ?
      Elisa : Eh bien … Je ne veux pas travailler avec toi … J’ai fais un choix et je préfère rester sous l’aile de maman. Pourquoi ? Parce que je ne veux pas être sous les ordres de la Marine comme toi car j’ai des principes que toi tu n’as pas … Tu penses peut être que je fais une erreur, tu as peut être raison je ne sais pas. Pourtant, je veux progresser à ma manière et ainsi pouvoir être meilleur que toi en tout … Je veux te prouver que le savoir ne se gagne pas GRÂCE à cette Marine que tu idolâtres beaucoup trop. J’avancerai en étudiant les médecines du monde et sans toi …
      James : Tu me fais bien rire … Des rêves de petite fille à ton âge … Mais saches que tu ne fais pas ce que tu veux ici et que tu le veuilles ou non, tu entreras dans la Marine car je ne t'ai pas demandé ton avis.
      Elisa : Et moi je t’ai dis NON !
      James : Tais toi ... Si tu ne m'écoutes pas je peux t'assurer que tu n'auras aucun avenir DONC tu viendras !
      Elisa : Je préfère encore aller avec des Pirates plutôt que d'entrer dans la Marine !


    C’était peut être la phrase de trop … Puisqu’à cet instant, la jeune fille se prit une gifle de la part de son père. A croire qu’il s’était contenu depuis des années. En tout cas, la réaction fut directe et Elisa sortit de la pièce, sa mère tentant de la rattraper. Elisa n’en revenait toujours pas, comment avait-il osé … D’accord, il était son père mais de là à la gifler parce qu’elle avait des choses bien précises en tête … Il n’avait peut être pas eu la chance de choisir ce qu’il voulait lui mais il ne fallait pas qu’il fasse cette erreur avec sa fille. Pour la demoiselle, c’était limite une déclaration de guerre, là, il pouvait vraiment être sûr qu’elle ne viendrait jamais avec lui. D’ailleurs, elle n’avait pas envie de le revoir quitte à rester enfermer dans sa chambre et se qui tombait bien, c’est qu’il allait s’absenter une semaine et donc qu’elle n’aurait plus à voir son air hautain et lui en général. Elle arriva donc chez elle, énervée et s’enferma dans sa chambre. Elle ne pleurait pas malgré la claque bien que ça ne fasse pas du bien. Ou du moins, elle n'arrivait pas à pleurer ce qu'elle ne comprenait pas. Elle avait d’ailleurs une marque rouge sur sa joue quand elle se regarda dans le miroir … C’était vraiment pitoyable. Elle s’installa dans son lit puis pris une de ses aiguilles qu’elle avait eues de ses grands-parents et elle commença à y jouer en la faisant passer entre ses doigts. Au bout de quelques minutes, elle arrêta de faire bouger l’aiguille et elle la plaça entre son index et son majeur puis quelques secondes plus tard, l’aiguille se planta dans le mur opposé à Elisa, sur une cible …

      Elisa :


    Ah ce moment là, elle entendit sa mère l’appeler, elle lui répondit normalement et celle-ci arriva dans la chambre presque essoufflée. Quand elle vit sa fille, elle la regarda un peu étonnée puis elle alla s’asseoir à côté d’elle. Elisa s’attendait à la grande leçon de morale comme quoi elle avait été impolie ou bien qu’une jeune fille de 16 ans n’avait pas à parler de la sorte à son père patati patata … Mais pour l’instant le silence régnait entre la mère et la fille et ce n’était certainement pas Elisa qui allait engager la conversation. Elle était déjà assez énervée comme ça pour remuer le couteau dans la plaie …

      Jeanne : Elisa … Pardonne ton père, il ne fait ça que pour ton …
      Elisa : Non. Il fait ça pour son intérêt personnel et que chaque personne de sa famille a poursuivit dans la Marine. Rien de plus.
      Jeanne : C’est vrai … Cependant, il veut simplement que sa fille ait un avenir assuré pour que tu ne manques de rien plus tard … Quoiqu’il en soit, je vais surtout te parler de mon point de vue vis-à-vis de tout cela et ton père est au courant … Quoiqu’il arrive, si tu as des objectifs, poursuis les. Ne laisse personnes entraver ta route. Je sais que c’est totalement en contradiction avec ce que je viens de te dire mais si je t’ai dis ça c’est uniquement pour que tu pardonnes ton père … Maintenant moi, j’accepterai tout les choix que tu feras si c’est cela qui te rends heureuse. Ton père est assez fermé d’esprit mais au fond de lui c’est quelqu’un qui a une extrême bonté et crois moi … Il s’en veut de t’avoir gifler et puis tu sais parfaitement qu’il ne faut pas parler de ces choses là devant lui … La prochaine fois, essaye de te retenir . Si tu as faim, le dîner sera bientôt prêt. Sinon … Repose toi bien, la journée a été épuisante, bien que je préfèrerai que tu manges un bout.
      Elisa : Je n’ai pas faim … Je vais plutôt me coucher comme tu dis … Et puis … Merci.
      Jeanne : De rien ma chérie. Dors bien.


    Elle l’embrassa sur le front et partit. S’il y avait bien une personne sur qui la jeune fille ne pouvait pas s’énerver, c’était bien sa mère. Une douceur inqualifiable qu’elle n’aura certainement jamais vu son caractère mais c’était admirable. Il lui arrivait même de se demander comment cela se faisait-il qu’elle soit avec quelqu’un d’aussi froid que son père. Sûrement l’un de ces mystères de la vie qu’il ne fallait pas chercher à comprendre. Elisa réfléchi puis elle souri tout en s’étirant. Le fait de parler avec sa mère n’avait fait que la motiver un peu plus dans son objectif et puis si elle réussissait, cela énerverait certainement son père et ce serait tellement bien de voir sa réaction si elle y arrivait … Ce fut donc sur ces « douces » pensées que la jeune fille tomba dans les bras de Morphée. (Rime ! <3)

    [Pas fini ... Encore désolée pour le Shôjo ... Et c'est pas fini \o/]
avatar
Elisa Rainsworth
Newbie des Mers

Féminin Messages : 8
Date d'inscription : 06/12/2009
Age : 28
Camp : Révolutionnaire :3

Feuille Personnage
Niveau:
16/50  (16/50)
Points:
0/10  (0/10)
Grade / Prime: Révolutionnaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisa Rainsworth ~ En cours ~

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum